L’amour de notre métier

L’amour de notre métier

La genèse d’une paire de chaussures est très complexe, surtout lorsqu’elle est réalisée dans la plus grande tradition artisanale. Chez Aubercy, les gestes effectués n’ont pas changé depuis plus d’un demi-siècle.

Nous commençons par sélectionner les plus belles peaux de jeunes veaux, afin qu’elles puissent conserver, à l’usage l’intégralité de leur fleur. Les cuirs sont sélectionnés par Philippe Aubercy parmi les bêtes dont la peau est vierge de toute imperfection, puis sont préparés dans des tanneries françaises.

Nous découpons les tiges (toute la partie supérieure de la chaussure) à la main dans le cœur de la peau. Sur certains modèles, la finition des bordures s’effectue à la bougie. Les tiges sont ensuite assemblées avec une double piqûre – qui se doit d’avoir l’épaisseur d’une seule – afin de garantir leur absolue solidité et de préserver l’esthétisme. Les coutures de plateau sont réalisées à la main. On insère alors dans cette tige des bouts durs et des contreforts en cuir qui sont eux aussi parés (lissés) à la main. La majorité de ces tiges sont réalisées en une seule levée de peau.

 

Toutes les tiges sont montées à la main sur les formes en bois afin qu’elles épousent parfaitement le contour de celles-ci. Les tiges demeurent ainsi montées pendant plus de vingt-cinq jours. Cette technique artisanale donne à la chaussure un galbe tout à fait exceptionnel.

Lorsque la couture de la semelle est réalisée avec la technique « goodyear », la première de montage (semelle intérieure sur laquelle se place le pied à l’intérieur de la chaussure) est découpée dans le collet. Les trépointes (gallons de cuir qui constituent la colonne vertébrale du soulier) sont cousues à la première entièrement à la main. Les cuirs des semelles sont obtenus à l’issue d’un tannage « extra lent » réalisé à l’écorce végétale naturelle.

Les souliers Aubercy sont finis et lustrés à la main, puis vérifiés paire par paire. Au total, ce sont plus de 390 opérations réparties sur plus d’un mois de travail qui sont nécessaires à la réalisation d’une paire de souliers telle que nous la concevons.